Ce qu’il faut savoir des masques chirurgicaux jetables

La grippe est une maladie virale qui touche plusieurs millions de personnes en France entraînant plus de 4 000 décès chaque année. Objets souillés, poignées de main ou projection de gouttelettes provenant des éternuements ou toux peuvent facilement la transmettre. Pour s’en protéger, le port de masque est obligatoire notamment en cas d’épidémie. Il est donc capital de l’utiliser de façon optimale pour éviter autant que possible le risque de contaminations.

Comment choisir son masque ?

De nombreux critères sont à considérer lors du choix d’un masque chirurgical jetable. Parfois, il se base en fonction de votre métier et de la présence ou non d’un malade. Vous devez également connaître le type de masque à utiliser s’il s’agit d’un masque chirurgical ou de protection. Il existe des modèles, avec un niveau de protection, spécialement conçu pour le personnel soignant et les patients. Sachez que chaque dispositif respiratoire a une fonction, des normes et objectifs propre à lui. Par contre, il convient de noter que les masques chirurgicaux servent de protection contre les agents infectieux qui se transmettent par voies « gouttelettes ». Quant aux masques de protection, ceux-ci protègent contre l’inhalation d’agents infectieux transmissibles par voie « aérienne ». Choisir la bonne taille compte également pour assurer une bonne protection. Vous pouvez opter pour des modèles adaptables selon votre morphologie. Certains sont même munis d’une valve d’expiration pour rendre l’utilisation plus confortable.

Quelles sont les gestes à adopter pour assurer une protection optimale ?

Un masque mal utilisé peut augmenter le risque de contamination. Il est donc indispensable de respecter quelques règles d’hygiène. Ainsi, lors du port, vous devez veiller à ce que le nez et la bouche soient bien couverts. Il faut aussi bien le repositionner une fois lors de la pose pour que vous ne soyez pas tenter de le toucher avec des mains souillés. Vous devez également respecter une certaine distance (plus d’un mètre) des autres personnes. Le port du masque est obligatoire dès que vous êtes en contact avec d’autres. Pour limiter autant que possible la transmission, il est conseillé de se laver les mains régulièrement et de vous protéger avec le coude lorsque vous toussez ou éternuez.

Quand faut-il changer son masque ?

Un masque quand il devient humide n’est plus efficace. Il faut donc en changer à ce moment-là. Pour un masque chirurgical, sa durée d’efficacité est de trois heures. Par contre, veillez toujours à en changer immédiatement dès qu’il est souillé ou mouillé. Emballez-le dans un sac plastique voire un double emballage quand vous le jeter. Il ne faut pas oublier de se laver les mains ou les désinfecter avant et après chaque changement. Pour un masque FFP2 ou de protection respiratoire, la durée de protection varie entre trois et huit heures. Les masques ont également une date de péremption. Néanmoins, certains dispositifs ne sont pas concernés comme ceux fournis par les officines.

Quels masques choisir pour se protéger des virus ?

Le personnel soignant doit toujours se munir d’un type de masque adapté. En effet, il faut que celui-ci présente un niveau de protection suffisant. Prenons le cas des virus de type coronavirus, SRAS, H1N1 ou d’autre maladie comme la tuberculose. Pour un patient contagieux, le port du masque chirurgical est obligatoire dès suspicion d’infection. Pour les soignants, l’utilisation des masques de classe FFP2 ou FFP3 est recommandée durant la prise en charge du patient pour filtrer au maximum les particules.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *