Caractéristiques de la taxe sur la valeur ajoutée

taxe sur la valeur ajoutée

Une taxe n’est pas bien différente d’un impôt. C’est aussi un prélèvement fiscal définitif. Il s’agit d’une somme d’argent payée par des contribuables. Si vous avez du mal à faire la différence entre taxes de vente et taxe de valeur ajoutée, alors vous êtes au bon endroit !

Taxes de vente et taxe de valeur ajoutée : quelle différence ?

À titre indicatif, notez que la taxe de vente est une forme d’impôt indirect sur la consommation. Elle est prélevée au point d’achat pour certains biens et services. Cette forme de taxe ne s’implique donc qu’une seule fois lors de la vente du produit au « détail ». À cela, il s’impose sur les biens ou services qui ont atteint leur forme « finale » destinée à la consommation, et non aux valeurs ajoutées. En d’autres termes, il n’y a pas de taxes sur l’achat de gros, de produit brut et non fini, car il faut remettre les produits en vente sur le marché de détail. La taxe sera appliquée une seule fois lors de la vente des biens ou services au consommateur. Par ailleurs, ce type de taxe s’applique notamment aux États-Unis et au Canada.

A l’opposé, la taxe sur la valeur ajoutée est un impôt indirect sur la consommation. Il s’impose sur sa particularité de s’appliquer à toutes les étapes de la commercialisation d’un bien ou service, qui commence par l’achat du produit brut vers sa transaction finale au consommateur. Au cours de ce procédé, les intermédiaires commerciaux ne versent au gouvernement que le taux de taxe appliqué sur la différence entre le prix d’achat et le prix de vente, d’où le terme de « taxe sur la valeur ajoutée ». Ce type de taxe s’emploie par exemple à la France et à la Grande-Bretagne.

Avantages apportés par les taxes de ventes et les taxes de valeurs ajoutées

L’avantage premier réside dans le fait que le consommateur, n’a pas à faire de grande distinction sur ses 2 types de taxes au payement de leurs produits. Dans les deux cas, le taux de taxe est appliqué sur le montant total, et c’est ce montant en question qu’il doit verser. Mais à part cela, un autre avantage de ces taxes réside dans le fait qu’il s’agit tous deux d’un impôt indirect !

Effectivement, lorsqu’il faut payer l’impôt, la plupart des personnes voient noir. L’avantage de ces types de taxes c’est que le consommateur paie son impôt à l’État sans vraiment s’en rendre compte ! Un impôt indirect est singulièrement collecté par une personne intermédiaire (les entreprises). Ce sont eux qui, par la suite, paient l’impôt à l’État et répercute tout ou une partie du montant de l’impôt sur le prix de vente au consommateur. Ce type de fiscalité est très apprécié par les gouvernements pour diverses raisons. L’impôt est plus facile à collecter car il y a moins de redevabilité à adresser que pour une taxe directe. D’autre part, les contribuables réels, ou consommateurs, ont moins l’impression de payer des impôts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *